Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cheignieu-la-Balme, le blog d'un Cheignieulat de coeur.

Cheignieu-la-Balme, le blog d'un Cheignieulat de coeur.

Promouvoir le village de Cheignieu-la-Balme, la région du Bugey et le département de l'Ain. Je dédie ce site à mon épouse Sandrine et à mes enfants Alexis et Romain.


Le Bugey...plus qu'une légende

Publié par cheignieulat avant tout sur 3 Mars 2013, 21:21pm

Catégories : #Cheignieu la balme



 
 


   

   
      
La légende raconte que Bugia, compagne de Bel, fils de Japhet, petit-fils de Noé, a donné ainsi son nom au Bugey :

Bel et Bugia ayant décidé leur départ, à la dispersion des petits-fils de Noé, Japhet s’avance à son tour pour les bénir et, par un fil, il suspend au cou de sa bru un sachet en peau de gazelle.

"Portez-le", dit-il, "jusqu’à ce que vos regards embrassent le pays du rêve et du désir. Là seulement, vous l’ouvrirez pour en répandre le contenu sur le sol. Il renferme de précieuses reliques du Paradis terrestre et de l’Arche, qui ajouteront encore à la beauté et à la richesse du pays que vous aurez élu.

Durant des mois, Bel et Bugia marchèrent dans une nature hirsute, broussailleuse, sans une fleur, dans le vent, les pierres, les sables.

Or, un soir, presque épuisée, Bugia, gravissant une montagne, s’arrêta au sommet et s’écria : "Regarde !" Bel releva le front. Son visage se transfigura soudain.

À ses pieds s’étendait une vallée sur laquelle, des hauteurs du ciel bleu se déversaient les flots de pierreries d’un splendide arc-en-ciel. La vallée était immense, fertile, charmante.

  

"C’est ici, Bel, qu’il faut nous arrêter. C’est ici que je souhaite vivre".

"Oui", dit Bel, "et nous l’appellerons de ton nom, Bugia".

 

Et Bugia vida le contenu du sachet, les graines se répandirent sur le sol, les ceps s’enfoncèrent dans la terre…et le lendemain matin, le Bugey s’éveilla couvert de vignobles, d’arbres fruitiers, de pampres, de cerises, d’épis de blé, de fleurs, qui emplirent dès cet instant cette terre privilégiée qui porte aujourd'hui le nom de Bugey.

 

 
 
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
  
Du haut de ses 1534 mètres, le Massif du Grand Colombier, point culminant du Bugey nous o‡ffre un panorama stupéfiant de la chaîne du Mont Blanc aux lacs du Léman, d'Annecy, du Bourget avec en premier plan le fleuve Rhône.
Par un seul coup d'oeil, il nous fait ressentir toute l'harmonie dans la diversité entre rivières, lacs et moyenne montagne que vous retrouverez partout dans les paysages bugistes.
 
Panorama unique depuis le Grand Colombier
D'un point de vue géomorphologique, le Bugey est composé d'un relief montagneux qui est la prolongation méridionale du Jura. Ce massif continue au-delà du Rhône, en Savoie, et constitue le « Petit Bugey » qui est désormais connu comme Avant-Pays savoyard.

 
 
 
 
Bugey ! Bugey ! Bugey ! Pays des sept cascades !
Pays partout vivant, des cluses aux plateaux !
La lumière et l’amour s’y versent par rasades,
Les pampres des étés ombragent les tombeaux.
(…)
Ses vins ont un renom qui franchit les frontières ;
Le blanc mouse et pétille et ne descend qu’au cœur ;
Le rouge est généreux et facile aux prières
Que fait pour le verser le vigneron rieur.
(…)
Tous ces dons, tous ces biens sont ton noble apanage
Et ton sceptre, O Bugey ! toi qui vis enchanté,
Bresse et Dombes à tes pieds pour te rendre l’hommage
Que tout vassal bien né doit à la royauté.


Le Bugey poétique
Théodore Avanton
 
Le Bugey :
Le Pays du Bugey, au centre et descendant jusque dans le sud de l’Ain, est partagé entre monts vallonnés, montagnes, combes, plateaux forêts et vignobles. Le lac de Nantua, surplombé de falaises aux dimensions impressionnantes, le plateau de retord, ou le plateau d'Hauteville, chaque site naturel sait montrer ses originalités.
Par la route du bugey, 4 boucles sont nécessaires (soit 349 Km au total) pour découvrir toutes les facettes de la région. Les boucles de la Route du Bugey immergent les voyageurs dans le terroir bugiste. Les chapelles, vignobles caveaux, villes pittoresques, lavoirs, tables d'orientations...se découvrent à l’écart des grands axes de circulation. Le circuit « le tour du Bugey », entièrement balisé, reste un autre itinéraire principal de 180 km, permettant de sillonner le Bugey a pied, vélo ou VTT. Les activités aquatiques ont aussi leur place dans la région.
Au pied du Massif du Grand Colombier s'étend le Marais de Lavours qui se découvre par un sentier sur pilotis de près de 2,5 km Le lac de Massignieu-de-Rives, plan d’eau de Murs, à Murs et Gélignieux, A Serrières-de-Briord (lac de 200 hectares bordé par le massif du Molard de Don.) montrent que la montagne n’est pas un élément incontournable en Bugey. Sports nautiques et aviron sur le Rhône et pêche en eaux calmes se pratiquent dans les 11 lacs du pays.
Pour des vacances plus extrêmes, les falaises de grimpe sont adaptées pour tous les niveaux : Corbonod, Lhuis, Peyrieu, Contrevoz ne sont que des exemple de sites ou l’escalade est reine. La Via Ferrata de la Guinguette à Tenay-Hostias est un parcours original entre randonnée et escalade accessible aux plus débutants. Le vol libre est aussi un point fort de la région, puisque le deltaplane et parapente se pratique à Magnieu, Lancrans, Pressiat, Parves, Torcieu… Tout à l’inverse, les Grotte St-Anthelme (Virignin), Grotte de Charabotte (Chaley) Grotte de Vaux St-Sulpice (Cormaranche-en-Bugey) Grotte de la Bruire (Oncieu), Grotte des Mongols (Innimont) Grotte Moïlda (Lompnaz) sont des sites réputés de spéléologie.
L’hiver venu, les montagnes du Bugey s’habillent de blanc et l’on peut alors s’aventurer en raquettes dans des sites peu accessibles à pied : le plateau d’Hauteville ou celui de Retord, Espace nordique du Grand Colombier et Espace nordique du Molard de Don offre des psentiers et pistes de ski nordique. Hauteville-Lompnes, Cormaranche-en-Bugey et Les Plans d’Hotonnes proposent eux, des pistes de ski alpin. Le patrimoine Bugiste se laisse aussi découvrir.
La Cathédrale St-Jean-Baptiste à Belley, le fort des Allymes, (forteresse militaire) qui gardait l'entrée de la Cluse de l'Albarine à Ambérieu-en-Bugey, ou le jardin Ethnobotanique d'Arvières sont des originalités incontournables. De charmantes églises rythment le paysage bugiste. L’abbaye cistercienne de Saint-Sulpice, à Thézillieu, les Chartreuses de Portes, de Meyriat et d'Arvières, et l'église de Vieu sont des attractions touristiques typiques.
L’habitat lui-même est une spécificité à contempler. La toiture se relève nettement sur l'une des façades et forme un auvent. Celui-ci abrite un balcon, le dreffia, qui sert à entreposer le bois et à suspendre le maïs hors de portée des rongeurs. Les maisons, construites en pierres, tirent parfois vers des couleurs jaunes ocre.
Les amateurs de fromage seront ravis en Bugey : la Tome de Belley (un seul m), fruitières de Comté, se dégustent dans des recettes typiques comme le Ramequin du Bugey (fromage fondu). Avec des influences Savoyardes et Dauphinoises, le Bugey se construit sa gastronomie. Les quenelles à la sauce Nantua, ou les roulettes du Bugey (poitrine de porc roulée) et les plats a base de truffe des sous-bois de la région représente des saveurs typiques.
Le vignoble bugiste, lui, s’étend sur 500 hectares classés en Appellation d’Origine Contrôlée. Pour les rouges sont autorisés les cépages d’appellation Pinot Noir, Gamay, Mondeuse et Poulsard. Pour les blancs ce sont les cépages Chardonnay, Altesse, Molette, Jacquère, Pinot Gris et Mondeuse Blanche qui font la fierté du Bugey.
Pour se loger, pas moins de 150 gîtes et une vingtaine de chambres d’hôtes dans un habitat typique sont dispersés dans la région et prêts à être réservés.


 

Armoiries du Bugey

 
 


Lecture : De gueules au lion d'hermine

On retrouve le blason du Bugey en quartier de celui du département de l'Ain




Lecture: Ecartelé : au premier d'azur au lion contourné d'hermine, au deuxième d'azur aux trois morailles d'or rangées en pal et au chef d'argent chargé d'un lion issant de gueules, au troisième d'azur aux trois fleurs de lys d'or et au bâton péri en bande de gueules, au quatrième de gueules au lion d'hermine ; sur l'écartelé la croix tréflée d'argent


Les différents "Pays" composant le département sont représentés dans chacun des quartiers :
- la Bresse (armoiries des seigneurs de Bagey) : d'azur au lion contourné d'hermine - le Pays de Gex, (armoiries des seigneurs de Joinville) : d'azur aux trois morailles d'or rangées en pal et au chef d'argent chargé d'un lion issant de gueules- les Dombes, (armoiries des seigneurs de Bourbon) : d'azur aux trois fleurs de lys d'or et au bâton péri en bande de gueules- le Bugey

La croix tréflée : l'ordre de Saint Maurice en souvenir des ducs de Savoie.

Administration du Bugey

Carte du Bugey




Le Bugey fait partie du département de l'Ain. Il est divisé en deux arrondissements distincts :
 
Les 2 parties du Bugey regroupent chacune environ 80 000 habitants.
Les villes les plus importantes sont :


******************************************************************************************

Histoire du Bugey

 

Antiquité

Un des traits du Bugey est l'ancienneté et la permanence de l'occupation humaine. La région offrait à l'homme des grottes accessibles, de l'eau, du bois, du gibier. Des traces de croyances subsistent dans certaines gravures.

L'homo sapiens apparaît dans le Bugey lors du retrait définitif des grands glaciers alpins au paléolithique supérieur (20 000 à 12 000 ans BC ; Grotte des Hotteaux à Rossillon) au moment où les conditions en Bugey étaient favorables à une implantation humaine. On présume que ces peuplades étaient originaires d'Asie. L'azilien et le néolithique nous sont connus par des haches et autres outils de pierre polie, par le squelette enchevêtré de l'homme de Culoz et par de nombreuses pierres à cupules.

Le peuplement pré-romain de la région est partagé entre des peuples venus du nord tels que les Séquanes et les Helvètes et des peuples venus du sud tels que les Ambarres et les Allobroges.

Mais le Bugey entre réellement dans l'histoire en 58 avant J.C. avec le début des conquêtes romaines menées par les troupes de Jules César. La romanisation a été marquée dans l'habitat, dans les réseaux de communications, dans les vestiges de temples …



Sous la période romaine le Bugey connaitra un formidable essor, comme en témoignent la densité des établissements gallo-romains ainsi que le remarquable développement du réseau des routes romaines. Cela s'explique par la situation privilégiée du Bugey, placé sur la route de l'Italie et par sa proximité avec Lyon, alors capitale des Gaules. C'est également à cette époque qu'apparaît la ville de Belley, probablement fondée au siècle d'Auguste.



Les noms des villages rappellent les racines celtes ou ligures mais surtout la présence de villas gallo-romaines : le suffixe latin -acum accolé au nom de personnes propriétaires de domaines ruraux est fréquent, dans le Bugey, il a généralement évolué en ieu : Arbignieu, Colomieu, Peyrieu, Conzieu… Un sous-préfet aurait imposé au XIXe siècle l'abandon du x à la fin des noms mais seulement pour les villages, d'ou la subsistance du x pour les hameaux comme Escrivieux.
 

Moyen Âge et Renaissance

Lors de la dissolution de l'Empire romain, le Bugey voit ses vallées profondes servir de passage aux Alamands et aux Burgondes. La présence chrétienne se concrétise sous les Burgondes, puis sous les Francs, par la création de l'évêché de Belley au Ve ou au VIe siècle. Un siècle plus tard, tombé au pouvoir des Francs, le Bugey offre aux Sarrasins défaits par Charles Martel (734) un asile dans ses montagnes.

C'est à eux qu'on attribue la paternité des suffixes de noms de village en "oz" et "az" (Culoz, Contrevoz, Ordonnaz…). À l'administration stabilisatrice de Charlemagne succède l'anarchie de la Francie médiane qui engendre rapidement la féodalité.

A partir du IXe siècle, le Bugey entre successivement dans le second royaume de Bourgogne et le Saint Empire. La féodalité, déjà bien constituée, va se renforcer et au XIIe siècle, profitant de l'anarchie, seigneurs laïcs et ecclésiastiques prennent leur indépendance ; ainsi dans le Bas Bugey, les évêques de Belley possèdent-ils maints territoires et villages ; plus au Nord, les Sires de Thoires apparus vers 1086 sur les bords de l'Ain, fondent une dynastie qui durera près de quatre siècle; en étendant leur fief sur une grande partie du Haut Bugey ils s'opposent violemment aux prieurs de l'Abbaye de Nantua fondée au VIIe siècle.

Au XIIe siècle, le peuplement du territoire bugiste s'accélère et la densité de population devient forte. De nombreux prieurés sont créés, ainsi que de nombreux monastères, comme l'abbaye de St Sulpice (1130), les Chartreuses de Portes (1115), Arvières (1132), Pierre Châtel (1383)…

Constitué autour de l'évêché de Belley, le Bugey s'étend au fur et à mesure des conquêtes de la Maison de Savoie, à tous les pays situés entre le Rhône et l'Ain, y compris le Valromey, la Michaille et la terre de Nantua. Plus au Nord, une page de l'histoire médiévale se tourne en 1402 : sous la pression du duc de Bourgogne Philippe Le Hardy qui revendique la suzeraineté sur le comté de Montréal et fait envahir la vallée d'Oyonnax[1], le dernier Sire de Thoire-Villars sans descendance se résigne à se séparer de ses terres du bugey : il les vend au duc de Savoie.

L'annexion à la France

En 1077, le comte Amédée II de Maurienne avait reçu de l'empereur du Saint Empire, Henri IV, la confirmation de ses droits sur la seigneurie du Bugey. La maison de Savoie va habilement étendre sa domination et acquérir la puissance qu'on lui connaît. Après dix siècles de dévastation, le Bugey, annexé au comté de Savoie, jouit enfin d'un repos inaccoutumé sous le règne de princes modérés et bienveillants. Il restera dans l'orbite de la maison de Savoie (sauf courte invasion française de 1536 à 1559) jusqu'au traité de Lyon en 1601 qui rattache le Bugey à la France avec la Bresse et le Pays de Gex. Après plus de 1000 ans de destinée commune avec la dynastie savoyarde, le Rhône devient un fleuve frontière.
 

Ancien Régime

Le XVIIe siècle est relativement difficile pour le Haut-Bugey (affrontement entre Gris bugistes et Cuanais comtois) et financièrement lourd pour toute la France qui supporte les fastes versaillais du Roi-Soleil…
 

Révolution française

Le XVIIIe siècle voit s'implanter les premières industries, principalement textile, en Bugey. Dans les salons de Belley, on assiste à l'émergence des nouvelles idées, celles des philosophes et des physiocrates. Aux premières heures de la Révolution, l'avocat Jean Anthelme Brillat-Savarin est député du tiers état à l'Assemblée constituante où il représente la région de Belley. Il participe aux débats passionnés concernant la création du département de l'Ain le 25 janvier 1790. Il est aussi l'auteur de la Physiologie du goût ! Le Bugey sera secoué par la tempête révolutionnaire qui n'épargne ni châteaux ni édifices religieux (Albitte).
 

Le XIXe siècle

L'ordre napoléonien complète l'équipement administratif du département de l'Ain, en faisant de Belley une sous-préfecture le 17 février 1800. Après les guerres napoléoniennes, auxquelles il paie un lourd tribut en hommes et en argent, le Bugey profite un peu de la révolution agricole, et surtout de la révolution industrielle qui va, au XIXe siècle, transformer durablement son visage.
 

La Seconde Guerre mondiale

Les première et seconde guerre mondiales restent gravées dans les mémoires bugistes. Peyrieu voit s'édifier un des premiers monuments aux morts de France, grâce à la générosité de l'américaine HOFF. Après l'armistice du 22 juin 1940, la ligne de démarcation toute proche place le Bugey du côté de la zone libre (non occupée) jusqu'au 11 novembre 1942. "L'armée des ombres", organisée dès 1942 par le général Delestraint, offre à nos souvenirs coups d'éclats et martyrs.Le 11 novembre 1943, le maquis défile en armes à Oyonnax. Le monument du Val d'enfer situé sur la commune de Cerdon et inauguré le 29 juillet 1951, honore les 700 maquisards de l'Ain tombés pour que la France reste debout…
 

Population
La population a constamment décliné au cours du XXe siècle, en particulier dans les zones excentrées et montagneuses, ainsi que pendant la désindustrialisation de la vallée de l'Albarine (années 60-80). Les régions de la plaine de l'Ain et de la vallée du haut Rhône ont au contraire vu leur population augmenter. La capitale historique du Bugey est Belley. Le "Pays du Bugey" réunit 7 cantons (Belley, Champagne en Valromey, Hauteville, Lhuis, Saint-Rambert-en-Bugey, Seyssel et Virieu) ainsi qu'une partie du canton de Brénod, soit 92 communes pour une population de 43 361 habitants en 1990.

*********************************************************************************************************************************


Physionomie et tourisme

  



Combes, crêtes, plateaux mais aussi coteaux, châteaux et chapelles sont visibles dans le Pays du Bugey.

Brillat-Savarin décrivait le Bugey comme "un jardin anglais de cent lieux carrées". Les paysages sont ponctués de cascades, lacs et étangs, soulignée par des serpentines d'émeraudes… Les différences de paysage conduisent à distinguer deux sous-régions :

 
  • Le Valromey constitue la transition entre les deux .

 ***********************************************************************************************************************************
  • Le Bugey correspond à l'extrémité sud des montagnes du Jura, entre le Rhône et la rivière d'Ain.
    Le patrimoine naturel est ici, par ses paysages, ses eaux, ses bois, ses fleurs, ses champignons, ses balades, sa bonne chère, de très grande qualité.
  • Le Bugey est composé de deux parties : l'une, pays de sapins au climat rude qui est l'hiver un paradis pour le ski alpin, le ski de fond et la raquette, l'été un lieu idéal pour le VTT et la randonnée en moyenne montagne ; l'autre, étant composée de collines riantes où la vigne s'épanouit.
Cliquez sur les liens ci-aprés pour voir les webcams des pistes de ski :
 
Webcam du site des Plans d'Hotonnes    http://www.plateauderetord.fr/webcam.php

 

guide des stations de ski, annuaire des stations de ski
  • La vigne modèle et rythme les paysages de la montagne bugiste ajoutant ainsi un côté bucolique et généreux.
    La montagne est partout présente dans le Bugey. Les monts, les crêts et les plateaux ont souvent une altitude supérieure à 1 000 m (1 531 m au Grand Colombier).
  
  • L'eau est partout présente, sous forme de cascades, de rivières ou de lacs : le Bugey cache de nombreuses cascades, dont celle de Glandieu.
 
 
  • Sa capitale est la ville de Belley dont l'enfant le plus célèbre est sûrement Brillat-Savarin qui publia en 1825 la célèbre "Physiologie du goût" et inventa le mot "convivialité" qui sied si bien aux habitants du Bugey.
.
  • Le Bugey est décoré, ici et là, de fours traditionnels en pierre dans lesquels on cuisait le pain au levain, les galettes et les sablés traditionnels. Les « fêtes du four », très populaires, les ont remis au goût du jour depuis quelques années.
  • En plus de la Roussette de Seyssel, le vignoble du Bugey produit des vins (en Appellation d’Origine) de plus en plus appréciés: des blancs, à base de cépage Chardonnay et Altesse, des rouges et rosés à base de Gamay et Pinot, sans oublier le Marc et la "Fine" du Bugey.
  • Parmi les lieux les plus connus, nous pouvons citer la réserve naturelle du Marais de Lavours et Maison du Marais, le musée d’Histoire, de la Résistance et de la Déportation du Haut-Jura, la cuivrerie de Cerdon, les soieries JC Bonnet, le musée du Peigne et de la Plasturgie, le château des Allymes, Ambronay et son festival de musique baroque, la Maison d’Izieu. Les sites naturels comme le lac Genin et le Grand Colombier, les grottes du Cerdon accueillent de nombreux touristes chaque année.
 
Marais de lavours                   cuiverie de cerdon       chateau des Allymes        la maison d'izieu


le lac Genin                       grottes de cerdon         vue du grand colombier   Abbaye d'Ambronay



   
    

   

 

Commenter cet article

mm01300 15/09/2013 22:01

Doit-on appeler les habitants du Bugey, les bugistes ou les bugeyssiens???

dany 23/01/2013 17:34


ouhhhhhhh le boulot !!!! chapeau !!! Nathie doit se régaler !!!

nathie01300 27/10/2010 14:44


Enfin, un blog qui parle du Bugey !


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents